Suivez nous

agroalimentaire

Bientôt un nouveau dispositif de soutien des prix de la farine

Publié

le

Un nouveau dispositif de soutien des prix de la farine destinée à la production du pain et à la consommation des ménages sera présentée prochainement au gouvernement, a annoncé lundi à Alger un responsable du ministère du Commerce.

« Ce dispositif vise à renforcer l’approvisionnement du marché en farine panifiable destinée à la fabrication du pain ainsi que la farine destinée aux ménages », a indiqué Ahmed Mokrani, directeur de l’organisation des marchés et des activités commerciales au niveau du ministère du Commerce.

Dans une déclaration à la presse, en marge de l’Assemblé générale de l’Association nationale des commerçants et des artisans (ANCA) tenue à Alger, à laquelle il a été convié, M. Mokrani a souligné que seules ces deux farines courantes seront subventionnées, tandis que les autres types de farines destinées aux minoteries, en dehors de la panification et la consommation ménagères, seront commercialisées au prix réel.

Pour une meilleure traçabilité de la distribution du produit, le même responsable a expliqué que la farine destinée aux boulangeries sera identifiable. »Elle sera conditionnée dans des sacs de 50 kilogrammes, distingués par un emballage spécial sur lequel il sera mentionné qu’il s’agit d’un produit subventionné pour la production du pain » a-t-il assuré.

« Quant à la farine conditionnée destinée aux ménages, le poids du paquet devrait varier entre 1 et 5 kilogramme maximum », selon ce même responsable.

Ce dispositif permettra selon lui de réduire de presque 32 milliards de dinars la dotation financière dédiée annuellement à la subvention du blé tendre importé ,en faisant constater que la facture de subvention du pain avait augmenté à 196 milliards de dinars en 2018.

Il a rappelé par ailleurs que l’Algérie importe bien plus que ces besoins réel en blé tendre.

« Nous avons importé 7 millions de tonnes de blé en 2018, alors que les besoins du pays pour approvisionner les boulangeries et les ménages ne devraient pas dépasser 4 million de tonnes », a-t-il évalué, en insistant sur la nécessité de rationaliser les importations notamment des céréales.

Pour sa part, le président de l’Association nationale des commerçants et des artisans (ANCA),M.Hadj Tahar Boulanouar, a averti contre une éventuelle hausse des prix de produits de large consommation en raison de la situation économique qui prévaut actuellement le pays.

Pour M. Boulanouar, réélu aujourd’hui à la tête de l’ANCA, « l’impact de la conjoncture politique du pays sur l’économie se fait de plus en plus sentir ».

Lors de cette rencontre qui a regroupé des commerçants et des artisans des quatre coins du pays, M. Boulanouar a lancé un appel à tous les acteurs politiques dans lequel il les a demandés à accélérer les efforts afin d’arriver à une stabilité institutionnelle  à travers des solutions rapides à la crise que vie l’Algérie depuis février dernier, ce qui permettra, a-t-il poursuivi, de relancer l »économie nationale.

« Nous ne sommes pas une formation politique mais nous nous permettons de demander à tous les acteurs politiques de trouver des solutions rapides, avant 2020, à cette conjoncture qui a frappé de plein fouet l’économie du pays », a t-il dit.