Suivez nous

Entreprises

Algerie telecom/ Assurer un débit internet « stable » durant le 2ème semestre de 2020

Publié

le

            Algérie Télécom a lancé une nouvelle stratégie axée sur les besoins du client en lui assurant, dès le 2ème semestre de 2020, un débit internet « stable garantie et non plus partagé », lui permettant, ainsi, d’avoir un accès aisé à l’IPTV (télévision par internet).

            « Nous avons effectué un diagnostic et constaté que le débit internet acheté par le client est en définitif partagé et que la moyenne en Algérie est de 4 Mbps, le consommateur atteint ce débit dans les cas les plus favorables quand il y a moins de sollicitation de la bande passante. Nous voulons bannir cette situation dans le but d’atteindre les standards mondiaux de 54 Mbps », a-t-il affirmé, ajoutant que le fait d’aller directement vers les normes internationales permettra à l’Algérie de rationaliser ses dépenses.

            Il a estimé, dans ce sens, que les prix prévus pour les offres internet de 20 Mbps et 100 Mbps seront « raisonnables et à la portée du consommateur algérien ».

            Le PDG d’AT a relevé que « les besoins mondiaux en data augmentent de façon exponentielle et cela aura nécessairement un impact sur le consommateur algérien », expliquant que si une vidéo de 3 Go, par exemple, circulent sur le net, l’internaute algérien doit disposer d’un débit pouvant supporter ce volume.

            Dans ce sens, M. BENABDELOUAHED a indiqué qu’Algérie Télécom est « en train de moderniser » le dernier kilomètre de son réseau grâce à l’installation de nouveaux équipements visant à mettre un terme définitivement au « goulot d‘étranglement » qui ne permettait pas à l’entreprise d’augmenter le débit internet de ses abonnés.

            « Le fait d’augmenter le débit permettra au consommateur algérien d’acheter de l’internet et de regarder de la télévision IP (chaines TV gratuites et payantes) en haute définition, qui nécessite une importante bande passante », a-t-il relevé, expliquant que la vidéo consomme 80% de la bande passante mondiale.

            Il a fait savoir, en outre, que son entreprise dispose d’une « plateforme dédiée à l’IPTV qui est toute prête », déplorant toutefois un « vide juridique » qui empêche sa concrétisation.

            Il a expliqué, aussi, que chaque fois qu’un internaute algérien regarde de la VOD (vidéo à la demande) ou une chaîne IPTV étrangères via le Net, c’est le propriétaire de cette chaine ou celui qui la diffuse qui tirent des profits financiers au détriment de l’Algérie, laquelle est propriétaire du support et paye de surcroit en dollars la bande passante internationale.

            Le PDG d’AT a appelé, à cet égard, « toutes les parties prenantes à régulariser ce marché porteur », soulignant que les échanges engagés, dans ce sens, avec l’Autorité de régulation audiovisuelle (ARAV), « avancent positivement ».