Suivez nous

Entreprises

Valorisation des déchets: un gain annuel de 40 mds DA

Publié

le

Il s’agit également de rationaliser l’utilisation des ressources naturelles et de développer les énergies renouvelables, de développer les pratiques d’une agriculture et d’une alimentation durables, de soutenir la construction durable et maîtriser l’expansion urbaine en consacrant le modèle des villes vertes et des villes durables, d’améliorer la gestion intégrée des déchets et d’encourager le tri en amont.

L’économie circulaire représente un modèle économique visant la production de marchandises et de services en minimisant la consommation des matières premières comme l’eau et l’énergie, mais également une diminution significative des déchets à travers la limitation des chaines des matières.

Elle permet ainsi de remédier aux impacts négatifs du modèle linéaire qui repose sur une consommation effrénée de l’énergie et de l’eau, ce qui contribue à l’accroissement de la production des déchets et au gaspillage des ressources naturelles.


Lire aussi: Valorisation des déchets: une activité naissante, mais porteuse et prometteuse pour les jeunes investisseurs


Soulignant l’orientation progressive de l’Algérie vers l’adoption de l’économie circulaire, afin d’atteindre les objectifs du développement durable, Mme Zerouati a noté que l’engagement du gouvernement dans cette voie « se traduisait clairement dans les mesures inscrites dans le projet de loi de finances 2020 qui a accordé des incitations pour la création de nouvelles entreprises répondant aux exigences de l’économie circulaire ».

Elle a, d’autre part, avancé que la Salon International de l’Environnement et des Energies Renouvelables (SIERRA 2020) sera justement dédié aux entreprises naissantes dans le domaine de l’économie circulaire.

La quantité des déchets produits en Algérie a substantiellement progressé ces dernières décennies pour atteindre 34 millions de tonnes en 2016, dont 13 millions de tonnes de déchets ménagers. Cette quantité devrait passer à 73 millions de tonnes en 2035.

La valorisation de ces déchets offrira à l’Algérie un gain économique de 40 milliards de DA annuellement et pourrait générer 100.000 emplois, dont 40.000 emplois directs, a indiqué la ministre lors de cette rencontre coïncidant avec la journée arabe de l’environnement, célébrée le 14 octobre de chaque année, et organisée cette année autour du slogan: « Nos déchets: des gisements perdus ».