Suivez nous

national

La croissance économique a atteint 1,2% au 3e trimestre 2019

Publié

le

Le taux de croissance économique de l’Algérie a atteint 1,2% durant le 3ème trimestre 2019, contre 1,3% à la même période de l’année dernière, a appris l’APS lundi auprès de l’Office national des statistiques (ONS).

De juillet à septembre dernier, tous les secteurs d’activité ont enregistré des croissances, à l’exception de celui de l’Agriculture qui a connu une baisse de 3%, par rapport à la même période de 2018, selon une publication de l’Office sur les comptes nationaux du 3ème trimestre 2019.

Le secteur des hydrocarbures s’est caractérisé par une croissance de 1,4% au 3ème trimestre, après une baisse de 8,4% durant la même période de l’année précédente.

Le taux de croissance du produits intérieur brut (PIB) hors hydrocarbures a, par contre, reculé pour atteindre 1,4% durant le 3ème trimestre de l’année en cours, contre 3,7% à la même période de l’année dernière.

« Ce ralentissement du rythme de croissance (hors hydrocarbures) est, à l’évidence, dû en grande partie aux contre-performance du secteur agricole » a expliqué l’organisme des statistiques.

Ainsi, la croissance économique durant le 3ème trimestre a été notamment engendrée par le secteur de l’industrie, qui a affiché une croissance de 4,5% contre 5% à la même période en 2018.

Cette croissance a été réalisée essentiellement dans les secteurs des Industries sidérurgies, métalliques, mécaniques et électriques (ISMMEE) avec 11,2%, énergie (6,3%), industrie divers (6,2%), industrie des bois, papier et liège (4,9%), et l’agro-alimentaires avec 4,2%.


Lire aussi :Secteur industriel public: les prix à la production bondissent de 3% au 3e trim 2019


Pour le secteur du Bâtiment,Travaux publics et Hydraulique (BTPH, y compris les services et travaux publics pétroliers), il a enregistré, au cours du 3ème trimestre de 2019, une croissance de 3%, contre 6% durant la même période 2018.

Quant au secteur des services et travaux publics pétroliers (STPP), sa valeur ajoutée, en termes réels, a connu une augmentation de 2,7% contre 2,6% durant la même période de comparaison.

Agriculture: une croissance négative au 3ème trimestre

Les services marchands ont continué à apporter leur contribution à la croissance de l’économie nationale, même si ce secteur est en léger recul avec une évolution de 2,6% contre 3,3% à la même période 2018.

Cette croissance a été tirée essentiellement par le transport et communication, dont l’activité s’est améliorée à 5,1% et aux services fournis aux ménages (2,7%).

A noter que les services marchands sont les transports et communications, le commerce, les services fournis aux entreprises et aux ménages, ainsi que les Hôtels-cafés-restaurants.

D’autres secteurs ont également participé à la croissance du PIB. Il s’agit, des services non marchands qui ont réalisé une croissance de 0,9%, contre 3,2% durant la même période de 2018.


Lire aussi: 2019-Agriculture: la réduction de la facture alimentaire, cheval de bataille du secteur


Les services non marchands concernent les affaires immobilières, les services financiers et les administrations publiques.

La croissance des services non marchands est issue des performances réalisées par les services financiers (4,8%), les affaires immobilières (3,7%) et enfin les administrations publiques (0,6%), détaille encore l’Office.

Concernant le secteur agricole, l’ONS a relevé une baisse à -3% de sa croissance durant le 3ème trimestre 2019, contre une performance de 5,6% à la même période de 2018. Cette baisse est expliquée particulièrement par un recul de la production végétale.

En valeurs courantes, le PIB du 3ème trimestre 2019 a enregistré une baisse de 1,2% par rapport à la même période en 2018, suite à une baisse du déflateur du PIB de 2,4% conjuguée à une croissance en volume de 1,2%.

Pour rappel, le Fonds monétaire international (FMI) a revu à la hausse sa prévision de croissance économique pour l’Algérie en 2019, la portant à 2,6%, contre un taux de 2,3% anticipé en avril dernier.

En 2018, la croissance globale du PIB a été de 1,5%, alors que celle hors hydrocarbures a été de 3,4%, selon la dernière édition du rapport semestriel du FMI sur les perspectives économiques mondiales.